Un Médecin Australien Pendant la Première Guerre Mondiale: Wilberforce Newton

Andrew Zuccala

Wilberforce Newton, c1919

Wilberforce Newton, c1919. University of Melbourne Newton and Stephen families collection, 1980.0146

La Première Guerre mondiale aétéparticulièrement dévastatrice. Sur 8 millions de mobilisés, il y a eu 1 million et demi de morts et près de 300 000 mutilés (www.awm.gov.au). Avec le développement d’un nouveau type d’armements, en particulier l’utilisation plus importante de grenades, qui éclatent en se divisant en une multitude de fragments, il y a beaucoup des blessures. Ces blessures sont d’autant plus impressionnantes que certains projectiles, comme les fameux Shrapnels, sont responsables de minuscules orifices sous l’impact mais une fois dans la chair, entraînent des délabrements importants.

Un devoir de mémoire

La présence des médecins était essentielle pour la survie des soldats blessés par les armes de destruction de l’ennemi. Les médecins australiens étaient connus pour être très professionnels. De nombreux médecins australiens ont travaillé sur le front à la collecte des blessés et au traitement de première urgence des blessures.

J’ai choisi de faire des recherches sur les médecins australiens parce que je voulais apprendre davantage sur leur travail remarquable au cours de la première guerre mondiale. Je me suis concentré sur le journal de Wilberforce Newton, médecin au cours de la guerre, que je trouve intéressant. Son journal explique ses nuits passées à faire la collecte des blessés, son temps passé à Londres, ses relations avec les autres soldats, sa convalescence et survie après être tombé malade de la grippe et les temps morts entre le chaos d’une bataille et le travail pénible. Certains jours étaient ternes. D’autres étaient intenses, ils avaient beaucoup à faire. Ces médecins ont sauvé la vie d’innombrables soldats. Ces hommes étaient des héros.

Appel de Lord Kitchener et découverte du monde

Wilberforce Newton est né le 27 Décembre 1890 à East Malvern, Melbourne. Après avoir obtenu son diplôme, Newton a répondu à l’appel de Lord Kitchener pour le recrutement de cent médecins australiens et ainsi contribuer à l’effort de guerre. Il est parti pour l’Angleterre le 16 Juin 1915 et a été nommé lieutenant temporaire dans le « Royal Army Medical Corps » (Smibert J, 2012). Il est arrivé à Londres et a exploré la région avant d’être mis en poste sur le front occidental. La vie quotidienne du médecin était répétitive. Presque tous les matins, il passait en revue son équipe, inspectait les kits etc. Beaucoup de soldats ont eu l’occasion de visiter des grandes villes et d’explorer d’autres pays avant de se battre sur le front occidental. Au début, leur séjour ressemblait à des vacances. La plupart des soldats ne s’attendaient pas à ce que la guerre soit si terrifiante, douloureuse et longue « The last few days have been like a nightmare, long, continuous », Wilberforce n’était pas préparé à ce qu’il allait voir. Les médecins ont été les témoins privilégiés des conséquences terribles de la guerre. La mort. La douleur. La souffrance.

Aussie, 1919

Page 3, “Aussie: The Australian Soldiers’ Magazine” March 1919, edited by Phillip L Harris. University of Melbourne Archives, Ray Jones collection, 1981.0081, box 6 item 5/1/3

L’ entrée du jeudi 30 septembre raconte une journée particulièrement éprouvante. Après plusieurs jours de bombardements constants qui secouent tout et tuent des centaines d’hommes, il décrit ce moment comme un cauchemar. Toute la journée et toute la nuit, il s’est occupé des blessés. Il a fait des pansements, des vaccinations et a arrêté des hémorragies. Pendant ce temps, un autre homme a été arrêté pour état d’ivresse en service. La consommation d’alcool était une façon pour beaucoup de soldats de faire face à la guerre. Ils ont vu beaucoup de choses terribles. L’alcool et les cigarettes aidaient à mieux vivre ces moments difficiles.

Wilberforce Newton diary

Typescript copy of diary of Wilberforce Newton, 1915, page 15. University of Melbourne Archives, Newton and Stephen Families collection, 1980.0146, box 2 item 5/1/2

Il décrit son travail comme étant très difficile «Mud, mud, nothing but mud everywhere»  « Devil of a job getting wounded out of trenches, as up to knees in mud and water, and could not put stretchers down for fear of drowning patients » (Le journal de Wilberforce Newton, p15). Le journal se termine le jeudi 2 Décembre. Il se rend à Londres en congé. Il semble être très excité. Tous les soldats vivaient et combattaient pour le moment où ils pourraient rentrer chez eux. Les médecins espéraient que la guerre finisse. Tout le monde espérait  la paix.

Bibliography

Betty Snowden, “Iso Rae in Etaples: another perspective of war”, Wartime 8 (1999)

Newton W, Personal, 18 May to 2 Dec 1915

Smibert, James, ‘Newton, Sir Wilberforce Stephen (Bill) (1890–1956)’, Australian Dictionary of Biography, National Centre of Biography, Australian National University.

The Great War of the Mind, Canada’s History.

Timeline of World War One, History Learning Site.

First World War, Australian War Memorial.

World War One, National Archives of Australia.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s