L’avancement de la médecine pendant la première guerre mondiale

Jaka Bambang

Dental hospital, Egypt, 1918

Dental Hospital Egypt, 1918. University of Melbourne Archives, ABP Amies collection, 1979.0044, BWP27044

La chirurgie esthétique et les rayons x

Dans les archives de Sir Arthur Barton Pilgrim Amies, un célèbre professeur australien en science dentaire, j’ai trouvé une collection de rapports médicaux et d’images de soldats blessés au visage accompagnée des procédures de traitement pour chaque cas. Les images et les rapports viennent de l’Hôpital Queen Mary à Sidcup en Angleterre. L’hôpital était bien connu pour sa chirurgie esthétique, en particulier pour le traitement des blessures au visage. Le service était dirigé par Sir Harold Gillies, un néo-zélandais habitant en Angleterre, qui est considéré comme l’un des pionniers de la chirurgie esthétique. Il a obtenu ce titre en réussissant à transférer la peau d’autres parties du corps sur  les blessures ouvertes des visages des soldats. Cette découverte a été très importante parce que, comme les nombreux cas médicaux et rayons x de la collection le montrent, de nombreux soldats ont été blessés au visage ou à la tète à cause des balles et des éclats d’obus de l’artillerie moderne. Les techniques des rayons x et de l’anesthésie se sont aussi développées grâce à son utilisation fréquente.

L’ hypnose

La lettre de Rowden White sur la guérison des traumatismes de guerre

Sir Alfred Edward Rowden White, né le 5 octobre 1874 à Melbourne, était un médecin, bienfaiteur et aussi un major du Deuxième Hôpital Général Australien (AGH2) à Boulogne, où il a vu beaucoup de soldats blessés et une variété  de cas médicaux. Selon l’une des entrées de son journal, Sir Rowden White a rendu visite à l’hôpital Ashurt à Oxford au cours d’un voyage en Angleterre, pour observer les techniques utilisées pour traiter les soldats qui souffraient de paralysie du corps. A l’hôpital, il observe un médecin hypnotiser l’un de ses patients pour le guérir d’une paralysie de ses membres inferieurs. Grâce à cette thérapie, le médecin réussit à trouver la cause de la paralysie : le patient avait été traumatisé par la guerre et à cause de cela, avait développé la conviction qu’il ne pouvait plus marcher. Sir Rowden White remarque dans son journal que cette méthode risque d’être bien utile pour la médecine. Il n’a pas été loin de la vérité. De nos jours, l’hypnose est une des thérapies utilisées pour traiter les état de Stress Post-Traumatique (aussi appelé ESPT ou en anglais, PTSD), un état très commun parmi les vétérans de la guerre.

Référence

Collection de A.E. Rowden White, Box 1, Letter concerning the visit to Ashurst Hospital in Oxford to view the treatment for war neurosis

Collection de Sir A.B.P Amies, WW1 x-ray images and medical reports of soldiers from Queens Hospital, Sidcup

Collection de Sir Alfred Plumley Derham, Manual of Injuries and Diseases of War, H.M. Stationery Office, 1918

Australian Dictionary of Biography – http://adb.anu.edu.au/

The Gillies Archives – http://gilliesarchives.org.uk/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s